2- Des non-dits qui obscurcissent le débat

Correspondance avec les questions de la consultation « internet du futur »

1a) Quels sont les principaux nouveaux services, usages et applications qui viendront redéfinir le fonctionnement et l’utilisation de l’Internet ? Quel peut être l’impact économique de ces évolutions ?
1b) Quels facteurs auront le plus d’impact dans la redéfinition de l’Internet et de son architecture ?
2a) Pensez-vous que les six thèmes proposés recouvrent de façon claire et exhaustive l’ensemble des  aspects relatifs au concept de l’Internet du Futur ? Sinon, quelle(s) autre(s) catégorisation(s) ou autres thèmes de recherche proposeriez-vous ?

Tous les problèmes cités plus haut sont réels et importants. Mais l’internet vit avec eux depuis des années. Certains de ces problèmes ont trouvé des solutions plus ou moins bricolées. Dans d’autres cas, les solutions techniques disponibles, certes peut-être imparfaites, tardent à se mettre en œuvre – c’est vrai en particulier de la sécurité, tant au cœur des réseaux que dans les entreprises et sur les postes de travail.
Alors, pourquoi le thème de l’internet du futur, voire – pour certains – de sa nécessaire refondation, prend-il aujourd’hui tellement d’importance ? Et de quel internet s’agit-il ?

Un enjeu économique mal documenté

La question de la « neutralité de l’internet » a surgi dans l’actualité via la rubrique économique : il s’agissait, pour certains fournisseurs d’accès américains, de compléter les revenus qu’ils tiraient de leurs clients finaux (vente d’abonnements, de bande passante et d’interconnexion) en facturant les sites web les plus utilisés ou les plus exigeants, en échange d’une garantie d’acheminement prioritaire sur leurs liaisons.
Cela revenait au fond à rappeler que l’équilibre économique de la plupart des acteurs du réseau repose sur un écheveau complexe et opaque de subventions croisées :

  • Au cœur du réseau, les petits réseaux et les pays pauvres subventionnent les autres en payant des frais d’interconnexion bien plus élevés  ;
  • Au niveau local, l’enchevêtrement entre réseaux et points d’interconnexion publics et privés, réservés et partagés, rend difficile tout calcul précis ;
  • Au niveau de l’accès, les clients raccordés à un débit moyen ou bas, ou ceux qui consomment peu, subventionnent les gros utilisateurs des centres-villes ;
  • Des transferts également complexes ont lieu entre les différents métiers des opérateurs : accès, contenus, transactions…

On comprend alors que derrière certaines hypothèses d’évolution de l’internet, s’expriment des volontés – éventuellement contradictoires – de modifier les équilibres économiques et les jeux d’acteurs.

Illustration : Véronique Olivier-Martin

Illustration : Véronique Olivier-Martin

Par exemple, il est difficile de garantir une qualité de service de bout en bout si chaque communication emprunte un chemin différent, passant « chez » un grand nombre d’acteurs indépendants les uns des autres, de toutes tailles, obéissant à des règles différentes – c’est la situation d’aujourd’hui. Mais pour faire autrement, il faudrait une intégration beaucoup plus forte des réseaux jusqu’à l’accès, et beaucoup moins d’opérateurs, chacun étant lié aux autres par des règles (économiques et techniques) d’interconnexion très strictes. On voit bien qu’une telle intégration changerait le paysage concurrentiel de l’internet.
De même, une plus forte intégration entre accès et contenus, ou encore, une architecture de réseau qui ne ferait plus la différence entre accès fixes et mobiles, entraineraient de toutes autres organisations de marché.
Il est légitime que les intérêts s’expriment. Mais ils apparaissent rarement en tant que tels dans le débat sur l’internet du futur. Les intérêts se masquent le plus souvent derrière des arguments fonctionnels et techniques.
Une meilleure connaissance de la réalité de l’économie de l’internet, ainsi que des rôles, usages, intérêts et enjeux de l’ensemble de ses acteurs, semble indispensable à un débat éclairé et ouvert sur l’internet du futur. La France devrait engager des travaux de recherche dans ce domaine et inviter l’Union européenne à en faire de même.

Un désir de contrôle qui ne se soumet pas au débat

Les réflexions américaines sur l’internet du futur sont devenues de plus en plus visibles à partir des attentats du 11 septembre 2001. C’est dire que la préoccupation sécuritaire y joue un grand rôle. Celle-ci concerne certes les Etats face au terrorisme et plus généralement, aux nouvelles formes de guerre. Mais la lutte contre la délinquance et la criminalité s’est également invitée au débat. Et de leur côté, les entreprises demandent également plus de sécurité face aux attaques gratuites ou intéressées dont elles sont très souvent victimes. Et plus récemment, ce sont des secteurs économiques aux prises avec de nouvelles formes de concurrence plus ou moins loyale, ou même avec leurs clients (dans le cas des industries culturelles par exemple), qui demandent au réseau d’en savoir plus sur ses utilisateurs, de filtrer, bloquer, tracer…
Certaines de ces demandes se retrouvent de fait au cœur de débats publics, comme c’est le cas autour de la « loi Hadopi ». Mais bien d’autres s’expriment d’une manière plus discrète. On peut comprendre pourquoi. Mais dans le même temps, s’agissant de l’architecture d’un réseau aussi essentiel que l’internet, le degré d’importance à accorder à l’insertion de nouvelles fonctions de sécurité au sein du réseau doit s’ouvrir aux discussions. Parce qu’on ne sécurise jamais sans contrepartie, que ce soit en termes d’ouverture du réseau, de performance, de jeux d’acteurs, etc.

*   *

Les vertus de l’internet actuel doivent servir de base pour construire l’internet du futur. Les individus comme les organisations utilisent le potentiel collaboratif de l’internet d’une façon active et efficace. La prise en compte de ces aspects est un atout pour les pays émergents qui voient l’internet comme une opportunité en termes de développement et (le plus souvent) de liberté d’expression. Elle est, pour tous, un facteur d’innovation et de croissance. Toute évolution proposée doit être jugée en fonction de sa capacité de faire vivre cette dynamique ou, au contraire, de la fragiliser.

_________________

Un enjeu de gouvernance mondiale

Le groupe de travail n’a pas produit de contribution spécifique sur la gouvernance de l’internet, qui demeure cependant un sujet d’avenir majeur. Cette gouvernance demeure aujourd’hui largement dépendante du gouvernement américain d’une part, et de l’autre, des grandes entreprises (notamment américaines) qui ont à la fois l’intelligence et les ressources de financer la présence massive de leurs ingénieurs dans les groupes de standardisation.
Les futures évolutions de l’internet doivent relever d’une gouvernance bien plus multilatérale et multi-acteurs. Le mouvement engagé sous l’égide des Nations Unies depuis le Sommet mondial de la société de l’information (2003-2005), qui a vu émerger une forme d’expression de la « société civile », constitue un premier pas, évidemment insuffisant. L’Europe doit devenir un intervenant actif des débats à venir. Les entreprises européennes doivent prendre conscience de la nécessité d’être présentes aux moments et aux endroits où s’élaborent les standards. Enfin, ces travaux doivent déborder du cadre des forums officiels et des listes de discussions pour techniciens, pour permettre à d’autres groupes d’évaluer les conséquences économiques, sociales et environnementales des évolutions envisagées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s