5. Questions de structures

La troisième partie de la consultation comporte des questions plus précises et plus opérationnelles sur les actions qu’il convient d’engager. Il n’est pas sûr que nous ayons à y répondre. Nous vous en soumettons tout de même une sélection.

Les actions à mener au niveau français
Au niveau Français, la question 4 interroge sur la nécessité de créer un pôle académique dédié à l’internet du futur. Avons-nous une position à prendre sur un tel sujet ?

Questions 4 :
a) Pensez-vous que le thème de l’Internet du Futur justifie la mise en place, en France, d’un « pôle
académique » de recherche de haut niveau consacré exclusivement à ce sujet et ayant vocation à
fédérer les efforts français dans ce domaine?
(…)
d) Etes-vous d’accord avec les axes de recherche proposés pour cette structure? Si non, sur quels
sujets, une telle structure devrait-elle se focaliser ?

La question 6 sur la « coordination des plates-formes d’expérimentation » tient compte des réels problèmes que les PME (en particulier) rencontrent face à ces plates-formes, et envisage des formes et des méthodes originales d’accès. Peut-être que certains de nos membres, notamment PME pourraient apporter une réponse précise à cette question ?

Questions 6 :
a) Disposez-vous déjà, localement ou non, de plates-formes d’expérimentations ou d’accès à des
plates-formes pour vos projets relatifs à l’Internet du Futur ?
b) Seriez-vous favorable à l’établissement, au niveau national ou communautaire, d’une plateforme
mutualisée ou d’un réseau de plateformes d’expérimentation de projets relatifs à l’Internet
du Futur ? Si oui, où devrait-t-elle être implantée? Seriez-vous utilisateur d’une telle plate-forme et
si oui, pour quels projets ?
c) Quels devraient être les principes généraux de mise en oeuvre et d’accès (notamment aux PME)
à cette plateforme pour que celle-ci remplisse son rôle de catalyseur de recherche et développement
de nouveaux services, usages, protocoles … ?

Il y aurait beaucoup à dire sur la question 9 et 10 relative aux travaux de normalisation et la trop grande absence de la France, de ses chercheurs et des industriels dans ces réflexions qui structurent réellement l’internet de demain. L’idée d’une coordination française plus grande sur ces sujets n’est ni mauvaise ni nouvelle… Mais peut-être pourrions-nous suggérer quelques pistes de mutualisation différenciantes ?

Questions 9 :
a) Participez-vous, directement ou indirectement, aux travaux de normalisation, à l’échelon
européen ou mondial, dans le domaine de l’Internet et de l’Internet du Futur ? Si oui, dans quelles
enceintes ?
b) Quelles sont, selon vous, les forces et les faiblesses de la France au regard de la participation des
acteurs français dans les différentes enceintes de normalisation qui traitent des sujets de l’Internet
et de l’Internet du futur ?
c) Seriez-vous favorable à la mise en place d’une coordination française sur les sujets relatifs à la
normalisation de l’Internet du Futur? Quelle forme devrait prendre cette coordination ?
d) Quel rôle devraient jouer, selon vous, les différentes organisations européennes en charge de la
normalisation des TICs (et notamment l’ETSI) dans le domaine de l’Internet du futur ? Pensezvous
opportun que les instances européennes de normalisation établissent des partenariats avec les
autres instances régionales de normalisation (par exemple, sur le modèle du 3 GPP2 dans le
domaine des réseaux de radiocommunications mobiles de 3ème génération) afin de traiter des divers
sujets relatifs à l’Internet du Futur? Si oui, sur quels sujets, avec quelles organisations de
normalisation et selon quelles modalités ?
Questions 10 :
a) Pensez-vous qu’il serait souhaitable de mettre en place, en France, une organisation destinée
à coordonner l’action des différents acteurs français dans le domaine de l’Internet du Futur ? Si
oui, quelle forme/structure devrait-elle prendre (task force, forum…) ? Quelles missions
devraient lui être confiées ?
b) Devrait-elle être réservée aux seules entités du secteur public (du type ITFAN) ou ouverte à
tous les acteurs (français ?) intéressés (du type forum japonais NGNW) ? Seriez-vous prêt à
participer à une telle Task Force et à y contribuer, sur un plan humain ou financier ?

Commentez la question que vous voulez en utilisant son numéro.

Publicités

2 réponses à “5. Questions de structures

  1. 6a) Concernant cette question le Pôle TES (Transactions Electroniques Sécurisées) dont nous sommes membres dispose d’un living lab permettant des expérimentations concernant des recherches ou des usages. L’utilisation de telles plates-formes mériterait d’être observée dans l’optique d’une démultiplication et de définition de « bonnes pratiques » de ces coordinations naturelles entreprises/ laboratoires de recherche qui doivent se développer dans les pôles de compétitivité.
    6b) Compte tenu de la réponse en 6a, j’opte plus pour un réseau de plates-formes d’expérimentation de projet.
    6c) Le principe serait de définir sans trop vouloir le verrouiller des modalités de type « user/contributor » avec une notion d’égalité de traitement (par exemple, la contribution d’une PME ou TPE doit être considérée comme = au chercheur = au Grand groupe dans les projets collaboratifs développés dans les pôles ou clusters).
    Par ailleurs l’implication des PME dans ce type de projets doit être facilitée méthodologiquement et valorisée et cette action pourrait être tranversale à plusieurs pôles consacrés ou utilisant les 6 Internet décrite en 1.

  2. L’ISOC controle et soutient les groupes de travail del’IETF (Internet Engineering Task Force), le groupe de pilotage de l’IESG (Internet Engineering Steering Group) et le comité de coordination de l’IAB (Internet Architecture Board), organismes qui s’intéressent à l’architecture globale de l’Internet et à la définition des standards et notamment les RFC (Request for Comments), documents de référence pour la mise en place de standards pour l’Internet et les réseaux en général.
    Des membres du chapitre français de l’Internet Society participent aux listes de discussion et groupes de travail de l’IETF.
    Une commission normes et standards vient d’être constitue au sein de l’ISOC France, elle est animée par Stéphane Distinguin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s