3. Le cahier des charges de l’internet du futur

La question 3, improprement intitulée « choix méthodologiques », porte en fait sur une sorte de cahier des charges : quels objectifs et contraintes faut-il prendre en compte dès la conception du réseau (et lesquels doivent-ils donc rester périphériques, optionnels) ? Comment savoir accueillir les usages futurs les plus imprévisibles, tout en répondant aux besoins insatisfaits d’aujourd’hui ? Le coeur de notre réponse repose certainement dans cette question.

Question 3 : Choix méthodologiques pour aborder les évolutions de l’Internet du Futur
(…)
b) Un certain nombre de considérations (par exemple en matière de sécurité, de qualité de service
ou de gouvernance) devront être prises en compte le plus en amont possible dans les travaux de
conception de l’Internet du Futur : selon vous, lesquelles et comment ?
c) De nouvelles industries ainsi que de nouveaux modèles économiques pourraient émerger tant
du fait d’innovations en provenance des utilisateurs eux-mêmes (web collaboratif par exemple) que
de PME innovantes par exemple: êtes-vous en mesure d’identifier dès aujourd’hui certains de ces
futurs usages et services ? Comment s’assurer qu’ils seront pris en compte dès la conception de
l’Internet du Futur pour une meilleure adéquation entre réseaux et les applications supportées par
ceux-ci ? Ou au contraire faut-il prévoir un modèle minimaliste type « utilities » qui pourra
s’adapter aux évolutions futures difficiles à modéliser ?

Publicités

2 réponses à “3. Le cahier des charges de l’internet du futur

  1. 3b) Concernant la sécurisation : la protection de l’anonymat du citoyen doit être la condition du développement et donc de l’accès à des systèmes multiples sur le Net. Je pense notamment au sans contact ou tout citoyen est suceptible d’être sollicité à tout moment mais pour garantir sa liberté et il doit aussi pouvoir refuser d’être identifié, voire même perçu.
    Concernant la qualité des services dispensés sur le Net, le retour critique sur l’utilisation d’un service doit être facilitée et rendue visible.
    3c) L’intégration des futurs utilisateurs en amont dans la conception d’un service doit devenir la règle. Mais il faut organiser cette participation à la réfléxion et à la définition des besoins. En tant que PME innovante nous appliquons ce principe dans la phase amont des projets, en l’étayant sur une méthodologie de projets et sur le recours aux cartes mentales ou maps qui permettent de stocker et de cristalliser des idées, des faits, des analyses à des étapes clés du processus d’un projet. Les bénéfices sont directs en termes d’implication des acteurs et de fertilisation croisée.

  2. voir mon commentaire dans la section « Texte du Cadrage ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s