1. Quels services et usages en 2020, et quels conséquences sur l’internet ?

La première partie de la consultation considère (brièvement) les enjeux économiques, les services et les usages qui s’appuieront sur l’internet, et les conséquences que cela peut avoir sur les réseaux.

Question 1 : Impacts à caractère économique et industriel
a) A l’horizon 2015-2020, quels sont les principaux nouveaux services, usages et applications qui
viendront redéfinir le fonctionnement et l’utilisation de l’Internet dans vos domaines d’activité ?
Quel peut-être l’impact économique de ces évolutions ? Quelles opportunités et quels risques
anticipez-vous dans le cadre de vos activités ?
b) Dans ce contexte, quels facteurs auront le plus d’impact dans la redéfinition de l’Internet et de
son architecture ? Quelles éventuelles nouvelles formes celle-ci peut-elle prendre ? Quels sont les
verrous à lever ?

Publicités

2 réponses à “1. Quels services et usages en 2020, et quels conséquences sur l’internet ?

  1. 1a) Plus que de nouveaux services, usages ou applications qui de toute façon surgiront ou existe déjà dans ce que je vais proposer, c’est de permettre une visibilté et un développement plus large :
    – de services destinés/ impliquant les secteurs d’activité décentralisés mais générateur d’emplois et représentant des pans important de l’économie (PME, TPE, artisanat, économie parallèle etc.)
    – d’applications, services ou usages accompagnant et facilitant la vie du citoyen en partant de l’échelle locale jusqu’au citoyen du monde : par exemple, aide à la vie courante, accompagnement des différents âgesde la vie, appui pour aller vers un habitat ergonomique, écologique et à moindres coûts
    – le déploiement d’une offre de formation en ligne plus ciblée sur ceux qui en ont besoin, mieux organisée et mieux financée.
    Dans ces 3 créneaux, il y a forcément des opportunités, directement au niveau du 3ème point pour une TPE située sur ce secteur, mais aussi sur le 1er point en tant que bénéficiaire ou créateur de services ou applications.
    Les risques sont ceux inhérents à l’innovation, mais aussi aux phagocyatges de toute nature…
    1b) No comment, c’est une question à laquelle je ne peux répondre mais sur laquelle je serai attentive aux réponses données.

  2. Georges PÉCONTAL

    1a- Probablement, dans ma branche d’activité, ce seront les transmissions automatiques (paramétrables) vers de récepteurs d’informations portables qui seront légions : actualités en temps réels lisibles où que l’on soit (écrans souples, lunettes incorporant des écrans voir mêmes des implants projetant sur la rétine et dans l’oreille les textes, images et/ou sons).
    Il est possible qu’en même temps des interfaces homme/machines auront perms l’interaction entre l’internaute, ses centres fournisseurs d’informations et ses propres centre de stockage et de traitement qui lui permettront d’archiver certains éléments pour utilisation ultérieures, de retransmettre à des tiers ces éléments en les commentant ou non.
    Des moyens de réalités virtuelles seront aussi déployés utilisant les mêmes médiums. le cinéma en salle noire pourrait en être une victime.
    Il est à prévoir que le média radio numérique en cours de déploiement sera un des supports pour la communication 1->n
    L’impact économique résidera entre autres dans les développements (matériels et logiciels) des appareils et services permettant ces prestations ainsi que dans leur support ainsi que dans l’apparition de nouveaux services. Nous pouvons même concevoir la mise en place d’identifiant unique permettant de joindre quiconque où qu’il soit, identification des appareils tels qu’automobiles, réfrigérateurs pour leur localisation ou leur entretien).
    Les risques sont ceux de toute nouvelle technique : l’exagération conduisant à un asservissement ou à une criminalité. L’identifiant cité plus haut pourrait aussi être appliqué à l’homme et ce qui apparaîtra comme un confort (voir le magasin Gap dans Minority report) serait une porte ouverte à de nouveaux esclavages. Par ailleurs, les coûts des techniques nécessaires sont un vecteur de fracture : les plus riches pourront mettre en place les éléments qui « plairont le mieux », éliminant de fait des acteurs objectivement intéressants mais ne bénéficiant pas des mêmes moyens.

    b) Le facteur qui aura le plus d’impact ici sera la capacité à réguler les services, établir les normes (une nécessité pour l’interopérabilité dans un monde globalisé). L’ICANN est aujourd’hui un organisme privé « national ». Ce service (et tous ses cousins) pourrait être sanctuarisé dans une organisation multinationale hors d’un pays donné. Les verrous à lever tiennent dans la proposition : il n’est pas de l’intérêt d’une société (au sens de société humaine) répondant au seul paradigme de la marchandisation d’établir des règles qui la limitent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s